PROBLÈME TECHNIQUE : VEUILLEZ NOUS ENVOYER UN MAIL POUR TOUT PASSAGE DE COMMANDE.
Le Hollandais Volant : Histoire et Légende

Légende -

Le Hollandais Volant : Histoire et Légende

de lecture - mots

Journal de Bord Jour n°3 : Bienvenue à bord camarade ! Aujourd'hui on embarque pour parler d'une thématique un peu plus sombre que d'habitude, à la frontière entre Légende, Paranormal et Réalité. Nous allons parler du Hollandais Volant !

Bienvenue chez Espace Marin, le site dédié au Monde de la Mer. 

Le Hollandais Volant ou encore Voltigeur Hollandais est un célèbre bateau fantôme. Ce mythe a été souvent utilisé dans des œuvres littéraires, et même dans d'autres productions culturelles. Il est redevenu célèbre récemment grâce à la saga Pirates des Caraïbes. Alors tu as envie d'embarquer avec moi ? Monte vite à bord et au fil de la plume découvrons ensemble La Légende du Hollandais Volant !

Dans cet article nous allons voir les caractéristiques de ce vaisseau, l'origine du Hollandais Volant, ainsi que les histoires réelles et/ou fictives ? ! C'est parti !

 

« Les marins de toutes les nations croient à l'existence d'un bateau hollandais dont l'équipage est condamné par la justice divine, pour crime de pirateries et de cruautés abominables, à errer sur les mers jusqu'à la fin des siècles. On considère sa rencontre comme un funeste présage. »

 

1.L'Apparence du Vaisseau Fantôme 

Dans les légendes de marins, le Hollandais volant s'élève des profondeurs de l'océan, son gréement est drapé d'algues et ses voiles brillent comme le feu. Il se déplace à toute allure sur l'eau plate lorsque tous les autres navires sont calés. Ses cales soupirent de voix humaines, alourdis par un siècle de labeur épuisant. Lorsque les marins tombent par-dessus bord et sont condamnés à se noyer, ils se rendent vite compte que le Néerlandais n'est pas seulement un mythe, le navire apparaît devant leurs yeux et ils sont rapidement arrachés aux mâchoires de la mort et se voient offrir la possibilité de servir à bord du vaisseau fantôme. Le Hollandais avait l'air si terrifiant que le seigneur pirate français Chevalle l'a appelé "Le monstre des profondeurs". 

"Ce n'est pas un navire naturel. Il peut naviguer directement contre le vent, dans un ouragan et ne pas perdre de vitesse. C'est comme ça qu'il prend sa proie." 

Le Hollandais Volant pesait 420 tonnes et mesurait 52 mètres de long. Il était armé de quarante-six canons, sans compter deux canons de chasse à triple canon. Il était considéré comme le navire le plus rapide sur et sous la mer. 

La plupart des récits s'accordent sur l'apparence du Hollandais Volant, un navire sombre avec les voiles déchirées, la coque recouverte d'algues comme après avoir sombré dans les profondeurs abyssales. Parfois il est décrit comme étant aussi composé d'ossements, et son équipage est aussi maudit que le bateau, des pirates morts-vivants, ou des créatures marines terrifiantes.

La poupe (arrière) du Hollandais, dont peu de marins humains ont été témoins, était couverte de lampes et de fenêtres disposées en forme de gueule de poisson. Le pont supérieur était entrelacé de squelettes de bêtes marines féroces.

La coque du vaisseau fantôme semble être entièrement construite en bois flotté, chaque surface étant incrustée de balanes et d'autres éléments de la flore et de la faune aquatique des fonds marins.

La proue du navire ressemblait à une gueule de crocodile, et comportait une figure de proue sculptée ressemblant à la Faucheuse et à sa faux.

 Après que la malédiction sur le navire ait été brisée ou avant qu'il ne soit maudit, le bois flotté était fait d'or et de bronze.

La proue ressemblait à une tête de crocodile majestueux avec des pointes de bois ressemblant à des dents acérées comme des rasoirs et sans figure de proue. Les sabords des canons semblaient être des sculptures de têtes d'animaux comme des lions et des poissons en or ou en bronze et les voiles étaient d'un blanc ou d'un rouge superbe.

2.Les Origines du Mythe du Hollandais Volant

On dit que toutes les légendes ont un fondement dans la réalité et les histoires sur le Hollandais volant n'y font pas exception! Le Hollandais Volant, pilier de la tradition maritime, est un navire fantôme légendaire qui est condamné à naviguer sur les océans pour toujours puisqu'il ne peut pas faire escale à cause des eaux agitées. Le mythe du Hollandais Volant remonterait au XVIIe siècle. Certains récits évoquent un navire maudit, tandis que d'autres suggèrent que le Hollandais fait référence au capitaine du navire, qui était destiné à ne pas gagner la terre ferme malgré tous ses efforts. 

Il y a des références au Hollandais volant depuis plus de deux siècles. Les récits d'observation diffèrent, certains prétendent l'avoir vu naviguer dans le brouillard ou dans des eaux agitées, tandis que beaucoup affirment avoir rencontré le bateau fantôme qui faisait de grands plongeons dans les eaux calmes. Toutes ces observations ont eu lieu alors que le temps était extrêmement orageux et que les coups de vent étaient violents. Selon les récits relatés, le vaisseau fantôme aurait été pris dans la tempête et presque sur le point de heurter des rochers, avant de disparaître dans l'obscurité. 

Le Hollandais Volant pourrait ne pas être un navire, mais le maudit capitaine Van Der Decken. Le folklore tant vanté et le mystère qui entoure le navire ne sont pas pour le navire lui-même mais peut-être pour l'homme qui a piloté le bateau fantôme. Les récits varient quant au nom du capitaine du Hollandais Volant. Selon certains, le capitaine Hendrick Van der Decken a été maudit en raison de la profonde contemplation du sort de ses marins et l'oubli de la tempête qui approchait sur la côte du Cap qui ont conduit au naufrage du navire et à sa malédiction.

Le Hollandais est considéré comme le signe avant-coureur de la mort et de la destruction pour les navires qui l'aperçoivent.

Il existe donc plusieurs récits sur ce vaisseau mythique, voyons ensemble quelles sont ces différentes histoires ou légendes.

3.Les Différents Récits sur le "Flying Dutchman"

A) L'Opéra de Wagner : "Der Fliegende Holländer"

Une des histoires du Hollandais Volant est celle qui est racontée dans un opéra écrit par Wagner. Le Hollandais volant était un capitaine de mer qui s'est retrouvé un jour à lutter pour franchir le cap de Bonne-Espérance lors d'une tempête féroce. Il a juré qu'il réussirait même s'il devait naviguer jusqu'au jour du Jugement dernier. Le diable entendit son serment et le prit à son compte ; le Hollandais fut condamné à rester en mer pour toujours. Son seul espoir de salut était de trouver une femme qui l'aimait suffisamment pour se déclarer fidèle au Hollandais pour la vie - quoi qu'il arrive. Pour couronner le tout, il ne pouvait s'arrêter de naviguer qu'une fois tous les sept ans, pour aller à terre et chercher ce seul véritable amour. 

Dans l'opéra de Wagner, après cette ouverture orageuse, nous voyons un navire qui lutte pour atteindre le port. Le capitaine est un Norvégien nommé Daland, qui vit à proximité avec sa fille Senta. Un autre navire apparaît, un navire à l'allure sombre avec des mâts noirs et des voiles rouge sang. Son capitaine est le légendaire Hollandais. Son dernier séjour de sept ans est terminé, et le navire entre dans le port pour que le Hollandais puisse aller à terre et chercher l'amour. Les deux capitaines se rencontrent, et Daland parle au Hollandais de sa fille Senta. Pensant qu'elle pourrait être la femme qu'il cherche, le Hollandais offre à Daland toute sa fortune en échange d'une présentation. Daland accepte, et les deux navires se dirigent vers la maison de Daland. 

Ensuite, nous rencontrons Senta elle-même. Elle est chez Daland, elle file de la laine avec ses amis, et elle leur chante la ballade du Hollandais volant. Pour terminer l'histoire, elle fixe un tableau du Hollandais et dit qu'elle sera celle qui le sauvera. Senta a bien un prétendant, un chasseur nommé Erik. Mais elle est obsédée par le légendaire Hollandais, laissant Erik jaloux d'un supposé mythe. 

Lorsque le navire de Daland accoste, les autres femmes partent saluer les marins, et Daland arrive chez lui avec un homme que Senta n'a jamais vu auparavant. C'est le Hollandais, et elle remarque immédiatement sa ressemblance avec le tableau sur le mur. Daland présente sa fille au Hollandais. 

Lorsque le Hollandais professe son amour, Senta accepte de l'épouser. Elle lui jure qu'elle lui sera fidèle pour toujours, et le Hollandais ose penser qu'il a enfin vaincu la malédiction. 

Sur la terre ferme, Erik viens voir Senta. Il lui rappelle le bon vieux temps et la supplie de reconsidérer son amour pour le Hollandais. Lorsqu'elle refuse, il l'accuse d'infidélité. Le Hollandais l'écoute en secret. Croyant qu'il a perdu l'amour de Senta, il retourne sur son bateau et se prépare à prendre la mer. Senta est déterminée à le sauver et le suit, tandis que d'autres tentent de la retenir. 

Alors que son navire s'en va, Senta se libère et grimpe au sommet d'une falaise. De nouveau, elle déclare qu'elle sera fidèle au Hollandais jusqu'à la mort, et le prouve en sautant à la mer. La malédiction est brisée. Le navire du Hollandais s'effondre et coule. Une vision de Senta et du Hollandais se déroule sur l'eau, et la musique révèle la fin de l'histoire : Le sacrifice de Senta a apporté la paix au Hollandais. 

B) Le Bateau de Davy Jones : Pirates des Caraïbes 

⚠️Attention Spoilers : cette partie pourrait contenir des éléments importants sur la saga⚠️

 "Oui. Le même terrible navire dont le bois est coupé des corps et des âmes des marins condamnés." 

Dans l'univers de la saga Pirates de Caraïbes , le Hollandais Volant était un bateau fantôme surnaturel tristement célèbre. À l'origine, le Hollandais avait la tâche sacrée de rassembler toutes les pauvres âmes qui mouraient en mer et de les transporter dans l'au-delà. Pendant l'âge d'or de la piraterie, le Hollandais est devenu un navire redouté par beaucoup à travers les sept mers. 

Selon la célèbre légende, le commandement du Hollandais Volant a été à l'origine donné à Davy Jones par la déesse de la mer Calypso. Parce que les deux s'aimaient, Jones a été chargé de la tâche sacrée de rassembler toutes les âmes qui sont mortes en mer et de les transporter vers les mondes de l'au-delà. La dimension que ces âmes traversaient est devenue connue sous le nom de "Davy Jones' Locker", et le Hollandais volant pouvait y passer accompagné de l'éclair vert. Grâce à cet amour, Davy Jones accepta de mettre les pieds sur la terre ferme une fois tous les dix ans. Mais lorsque Davy Jones a débarqué, le premier jour après ses dix ans de service, il a été abandonné par Calypso, qui était introuvable. Le cœur brisé et amer, Jones a refusé de poursuivre son service. Jones a abandonné son devoir, et a plutôt semé la pagaille sur les mers et lancé le Kraken sur de nombreux navires. C'est ainsi que la malédiction commença , et quiconque poignarde le cœur de Jones, doit prendre sa place et devenir le capitaine du Hollandais, car le navire doit toujours avoir un capitaine. En conséquence, le Hollandais lui-même est devenu maudit, tout comme Jones. Son équipage s'est lentement transformé en un amalgame de créatures marines, et le navire lui-même est devenu encroûté de bernacles, de vie marine et des corps des membres d'équipage qui sont restés trop longtemps à son service. Pour garder son destin intact, Davy Jones enferma son cœur dans un coffre sur l'île Cruces, le cachant de tous ceux qui l'utiliseraient contre lui. Ayant rejeté son devoir, Davy Jones s'est érigé en seigneur de la mer, jouant avec le destin des âmes qu'il avait jadis juré de sauver. Jones offrait généralement aux mourants un choix : soit embrasser la mort, soit reporter le jugement et servir pendant cent ans à bord du Hollandais Volant. 

De nombreuses années plus tard, l'équipage du Black Pearl se heurta au Hollandais volant en raison de la dette de Jack Sparrow envers son capitaine. Sparrow essaya d'échapper au service à bord du Hollandais en possédant le coeur de Jones. Le coeur se retrouva plus tard en possession de Lord Cutler Beckett de la East India Trading Company, qui utilisera le Navire et son équipage pour diriger son armada dans la guerre contre la piraterie. Le Hollandais Volant s'est retrouvé pris dans une bataille titanesque avec le Black Pearl. Au milieu du chaos, Will Turner poignarde le cœur de Davy Jones, tuant ce dernier et le remplaçant en tant que nouveau capitaine du Hollandais. Avec la mort de Davy Jones, le Hollandais Volant et son équipage ont repris leur forme initiale.  

Will Turner devenu le nouveau capitaine, va maintenant servir à bord du Hollandais pour l'éternité, destiné à transporter les âmes des marins noyés dans l'au-delà, comme Jones l'avait fait avant lui. Après dix ans de service, Will Turner est revenu pour pouvoir débarquer un jour avec sa femme et son enfant qui l'attendaient.

Environ dix ans après la guerre contre la piraterie, le jeune Henry Turner (fils de Will) cherche à briser la malédiction de son père qui le lie au Hollandais. Il fit des recherches et découvrit que le mystique Trident de Poséidon pouvait briser toutes les malédictions sur la mer, même celle de Will. En conséquence, Henry quitta sa maison une nuit et partit en mer à la rame, où il calcula que le Hollandais referait surface. Il a attaché des rochers à ses pieds pour servir d'ancre et l'amener au fond de la mer. À ce moment, le Hollandais fit surface et Henry se trouvait à bord du bateau où il rencontra son père. Il dit à Will que le Trident pouvait briser sa malédiction. Will lui répondit cependant que le Trident ne pouvait être trouvé par personne. Il dit à Henry de quitter la mer et de ne jamais revenir. C'est alors que le Hollandais commença à couler sous les vagues, où Will et Henry se regardèrent une dernière fois. 

Près d'une décennie après avoir rencontré son père sur le Hollandais Volant, Henry a réussi à trouver et à briser le Trident avec l'aide de Jack Sparrow. La malédiction de Will est ainsi brisée et il a finalement été libéré de son devoir à bord du Vaisseau. Le Hollandais fit surface près de la terre ferme et Will débarqua, réunissant sa famille.      

C) Le Périple du Capitaine Van der Decken

Dans la légende, le navire connu sous le nom de "The Flying Dutchman" faisait partie de la flotte de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Ces vaisseaux étaient des bateaux commerciaux qui voyageaient entre les Pays-Bas et les Indes orientales, transportant des soies, des épices et des teintures exotiques vers les ports néerlandais. Lors de son dernier voyage en 1641, celui de son naufrage, le commandant du Hollandais était le capitaine Hendrick Van der Decken. Van der Decken et son équipage ont effectué un voyage aller sans incident. Cependant, le voyage de retour fut très différent. 

Van der Decken était désireux de retourner à Amsterdam le plus rapidement possible. Il décida donc d'opter pour la route la plus courte possible autour du cap de Bonne-Espérance. Alors que le navire commençait à faire le tour du cap, une tempête dévastatrice éclata. L'équipage terrifié a supplié le capitaine de faire demi-tour. Dans la première version de l'histoire, le capitaine, réalisant son erreur, accepta mais il était impossible de faire demi-tour et de rentrer dans le port. Cependant, dans les versions ultérieures, le capitaine Van der Decken refusa, contre l'avis de son équipage. Certains prétendent que c'était parce que le capitaine était ivre, d'autres qu'il était fou. Quelle que soit la raison, Van der Decken a ignoré son équipage et a envoyé son bateau directement dans la tempête.

 

Au lieu de se concentrer sur la lutte contre les flots, l'équipage s'est mutiné, dans l'espoir désespéré de pouvoir ensuite mettre le navire hors de danger. Ils ont échoué. Van der Decken a tué le chef des rebelles et l'a jeté par-dessus bord. Ce faisant, il déclara qu'il achèverait le voyage autour du Cap même s'il devait le mener "jusqu'au jour du Jugement dernier", et dès qu'il eut prononcé ces mots fatidiques, un ange apparut. Il mit en doute les paroles de Van der Decken et le capitaine déséquilibré les répéta, scellant ainsi son propre destin, celui de son équipage et de son navire. 

Capitaine du Hollandais Volant

Une autre version de la légende situe les événements fatidiques en 1680 ou 1729. Cette fois, ce n'est pas un ange mais le diable lui-même qui apparaît devant le capitaine Van der Decken et le condamne à naviguer sur les mers pour l'éternité. Cependant, contrairement à l'ange dans d'autres versions de l'histoire, Satan donne à Van der Decken une porte de sortie. Il peut se racheter, ainsi que son navire, grâce à l'amour d'une femme fidèle. Ainsi, tous les sept ans, le capitaine est autorisé à retourner à terre pour chercher son salut.  

4.Les Apparitions du Voltigeur Hollandais

A première vue, la légende du Hollandais volant, ressemble à une fable, mettant en garde contre l'arrogance et les comportements imprudents en mer. Cependant, de nombreux marins ont affirmé avoir vu le navire fantôme, ces événements se seraient produit entre le XVIIIe et le XXe siècle. La première référence à l'observation du Flying Dutchman est apparue dans le livre de John MacDonald "Travels in Various parts of Europe, Asia, and Africa during a Series of Thirty Years and Upwards" en 1790, où l'auteur note : "Le temps était si orageux que les marins ont dit avoir vu le Flying Dutchman". 

Dans les années qui suivirent, d'autres équipages de navires consignèrent leurs observations du bateau fantôme. Le rapport le plus convaincant d'une supposée observation du Hollandais Volant date peut-être de 1881. Le 11 juillet, un navire contenant le futur roi George V, son frère, le prince Albert Victor et leur tuteur John Neill Dalton était amarré dans le détroit de Bass, au large des côtes australiennes, entre Melbourne et Sydney. Le groupe entreprend un périple de trois ans sur les mers du globe. Cependant, un matin, le Prince a pu observer quelque chose qui l'a vraiment étonné, comme l'indique son journal de bord, "le Hollandais volant a croisé nos arcs". 

"Une étrange lumière rouge comme celle d'un navire fantôme tout illuminé, au milieu de laquelle s'allument les mâts, les espars et les voiles d'un brick à 200 mètres de distance, se détache en fort relief lorsqu'il s'élance sur la proue bâbord", décrit le rapport royal. "L'officier de quart de la passerelle l'a clairement vu, tout comme l'aspirant de quart, qui a été envoyé immédiatement au gaillard d'avant ; mais en arrivant, il n'y avait aucun vestige ni aucun signe d'un quelconque navire matériel que l'on pouvait voir à proximité ou tout de suite à l'horizon, la nuit étant claire et la mer calme". 

L'entrée du journal a un sinistre post-scriptum qui semble donner du crédit à la réputation malhonnête du Hollandais. Car les Princes ont également noté que "à 10h45, le simple marin qui avait signalé ce matin le Hollandais volant est tombé des traverses du mât de misaine sur le gaillard d'avant et a été pulvérisé en atomes".  

Lors d'un autre incident, un navire britannique a failli entrer en collision avec le navire dit fantôme par une nuit de tempête de 1835, alors que le navire approchait à pleine voile, mais il a disparu soudainement. L'autre incident populaire s'est produit en 1939, lorsqu'un groupe de personnes à Glencairn Beach au Cap a rapporté avoir vu le navire hanté se diriger vers la côte à pleine voile, avant de disparaître rapidement. La dernière observation du bateau a été rapporté pendant la Seconde Guerre Mondiale. Selon les rapports, un sous-marin allemand, sous le commandement de l'amiral nazi Karl Dönitz, a aperçu le Hollandais volant pendant son voyage à l'est de Suez. Cependant, à l'heure actuelle, le royaume océanique semble être calme en ce qui concerne l'observation du Hollandais, bien que son attrait n'ait pas diminué de quelque manière que ce soit. 

5.Le Hollandais Volant : Mythe ou Réalité ?

Ces observations signifient-elles donc que Le Hollandais volant est bien un bateau fantôme dont la triste histoire a un fondement réel ? La véracité de ces évènements sont quasiment impossibles à vérifier. En effet, un capitaine de navire réel nommé Hendrick Van der Decken ne semble pas avoir existé. Certains ont tenté de relier Van Der Decken au capitaine néerlandais du XVIIe siècle, Bernard Fokke, dont les voyages en mer étaient d'une rapidité suspecte, notamment entre Java et les Pays-Bas. Certains ont fait courir le bruit qu'il était de mèche avec le diable. Ce lien, cependant, est autant une conjecture qu'une légende. 

Cependant, ce qui est vrai, c'est que le Cap de Bonne Espérance était un lieu notoire pour les catastrophes maritimes. De nombreux navires ont risqué imprudemment ce raccourci pour les mêmes raisons que le capitaine Van der Decken dans la légende. Ainsi, peut-être que la légende du Hollandais volant les immortalise effectivement, eux et leurs capitaines imprudents. Cependant, le concept de navires et d'âmes fantômes condamnés à errer sur la terre est aussi vieux que le temps.  

La quête apparemment sans fin d'Ulysse pendant dix ans pour retrouver l'amour d'une bonne femme et l'errance maudite du "Juif errant" font toutes deux écho au voyage sans fin du Hollandais. Puis il y a l'idée du bateau fantôme, qui semble avoir son fondement dans une croyance selon laquelle les morts traversent l'eau pour rejoindre l'au-delà dans des bateaux.         

Donc, le Hollandais Volant est-il une légende ou une réalité, on vous laisse seul juge.

J'espère que cette histoire t'as plu et qu'elle ne t'a pas trop effrayé, maintenant il n'y a plus grand chose que tu ignores sur ce vaisseau mythique. Quoi qu'il en soit le Hollandais Volant est une référence très importante du Monde Marin, et il a sûrement surement inspiré d'autres légendes, comme celle du fantôme du Titanic qui errerait sur les flots non loin du lieu de son naufrage.

Si tu as apprécié cet article n'hésite pas à visiter notre site web.

Viens voir aussi notre blog plein d'histoires marines


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.